Ton vocabulaire se développe, tes idées aussi, et maintenant tu nous dis des ‘blagues’. J’entends par là, des choses volontairement fausses, pour voir si on réagit. L’autre jour, chez tes grands parents, j’étais dans la chambre avec toi, en train de te coucher pour la sieste, et je me suis rendu compte que tu n’avais pas fait de bisous à tout le monde. Alors je t’ai envoyé leur faire. Tu es partie de la chambre, et en passant la porte tu l’as fermée en disant « bonne sieste papa! », et tu rigolais toute seule. En arrivant dans le salon, tu as raconté ta blague à tout le monde. Et moi, tout seul dans la chambre à t’attendre, ben ca m’a fait rire.